Roberto le vélo, ou comment pédaler en ville ?

Il y a six mois, j’ai fait l’acquisition d’un splendide vélo Gazelle Van Stael. Vous le connaissez déjà sur Instagram sous le nom de #RobertoLeVélo !

J’attendais d’avoir quelques mois de pratique du vélo à Paris pour pouvoir partager avec vous mon petit « bilan »

Quel est le modèle de mon vélo ?

Comme indiqué plus haut, Roberto est un Van Steal de la marque hollandaise Gazelle. C’est un vélo rétro et élégant, inspiré des classiques du Tour de France. Les poignées et la selle sont en cuir, le cadre est en acier vert d’eau. Il est relativement léger : 13,6 kg. Et surtout il est beeeeau <3

Quels sont mes équipements ?

Un casque ! C’est obligatoire, même si ça fait une tête de champignon ! J’ai acheté le mien à petit prix chez Decathlon (20€ de mémoire). On s’en fiche un peu du look, l’essentiel c’est d’être bien protéger.

Un antivol : la plupart des antivols à câble spiralé sont médiocres et ne résistent pas quelques secondes seulement à une bonne pince coupante. Pour ma part, j’ai un antivol ABUS Ugrip Bordo 5700/80 Core antivol pliable. Il coûte 60 euros (oui un bon antivol coûte cher !).

Une pompe à vélo, pour regonfler Roberto quand il est tout raplapla ^^

Enfin, vous pouvez vous équiper d’un panier. Moi j’ai opté pour le sac à dos ! Je trouve ça plus pratique à vélo ! Dans Paris, les vols sont fréquents, je n’aime pas trop l’idée de laisser mon panier sur le vélo !

Est-ce dangereux de circuler en vélo en ville ?

En toute franchise, les premiers jours, j’avais l’impression de risquer ma vie à chaque instant !! Je me sentais toute petite à côté des bus, les voitures circulent vite, les scooters sont prêts à nous foncer dedans pour aller plus vite ! Mais on s’y fait !

J’évite les grands carrefours, je passe par les petites rues autour. Je reste bien sur ma droite en veillant à laisser une marge d’un mètre entre mon vélo et le trottoir pour pouvoir me rabattre.

Je respecte les feux ! VRAIMENT ! ET TOUJOURS ! Je vois trop de cycliste ignorer les panneaux de signalisation. C’est tellement dangereux… Il faut être conscient de notre fragilité à vélo. Respecter le code de la route, c’est respecter les autres et se protéger soi. 

Quels sont les avantages de circuler à vélo en ville ?

C’est bon pour la santé !

Et oui forcément, pédaler c’est du sport ! En 30 minutes de vélo, je brûle entre 150 et 200 calories. C’est toujours ça de pris ! Moi, en plus j’habite dans le vingtième arrondissement de Paris, un quartier en côtes alors c’est vraiment du sport de prendre le vélo !

Je gagne du temps !

Le vélo est souvent au coude à coude avec les scooters, les voitures et les bus. Mais à vélo, on peut doubler facilement par les voies réservées aux cyclistes.

Mes trajets à vélo sont  également plus courts qu’en métro : attendre une rame, changer de ligne… On perd du temps !

Quand je ne suis pas à vélo, je marche énormément. J’adore cela mais il faut avoir du temps devant soi. Le vélo est l’option parfaite pour allier gain de temps et exercice physique !

Je respecte l’environnement !

Roberto ne rejette ni particules fines, ni gaz polluants, qui constituent les principales sources de pollution de l’air. Donc quand je pédale, je fais un geste écolo.

J’évite le métro !

Le métro parisien, c’est la plaie ! Il fait une chaleur étouffante, les gens sont énervés, les trains sont toujours bloqués, ça ne sent pas bon. Bref, depuis que j’ai Roberto, je prends beaucoup moins le métro et je revis ! Cependant, j’ai toujours mon pass Navigo pour les trajets vraiment très longs ou pour les jours de pluie / grand froid / neige (comme nous avons eu cet hiver !)

Je me sens liiiibre !

Pédaler, les cheveux dans le vents, donne une sensation de liberté incroyable ! Je profite du paysage, je découvre de nouveaux quartiers, c’est très agréable.

Et vous, est ce que vous faites du vélo en ville ? ça vous tente ? 

9 commentaires sur « Roberto le vélo, ou comment pédaler en ville ? »

  1. Je fais du vélo en ville oui et d’ailleurs je vais à mon cours de sport en vélo 😉 ça me fait un petit entraînement avant puisque je dois monter la côte haha ! Par contre il est vrai que je trouve cela dangereux et qu’auprès des voitures et bus qui nous collent je ne me sens pas toujours en sécurité ^^ même si je préfère le vélo à la voiture 🤗 Bisous <3

  2. Je fais aussi du vélo en ville. Dans une petite ville comme Agde, c’est tellement pratique !! D’ailleurs, j’étais en train de préparer un article sur la cohabitation vélo/voiture avec un petit rappel du code de la route… Parce qu’entre les cyclistes qui font n’importe quoi et les voitures toutes aussi dangereuses…

    1. Les automobilistes sont bien plus dangereux que les cyclistes. Les chiffres de la sécurité routière sont très clairs là-dessus. En gros un cycliste ne se met que lui même en danger alors qu’un automobiliste est un danger public.

  3. Vive la liberté en vélo! J’ai toujours aimé faire du vélo, la seule chose que je n’aime pas ce sont les côtes ! J’envisage de m’en acheter un électrique d’ailleurs. J’habite Nancy et il n’y a pas ou peu de pistes ou voies réservées aux cyclistes et ça m’effraie de rouler avec les bus et les voitures. J’ai un antivol en spirale et jusqu’à maintenant, je touche du bois. C’est vrai que c’est très facile à casser…

  4. Petit billet rafraîchissant comme la couleur de ce beau Gazelle ! Il est magnifique. 🙂

    Une petite remarque (mais qui a son importance dans le monde du vélo utilitaire) : le casque n’est obligatoire à vélo que pour les moins de douze ans.

Laisser un commentaire