Moi(s) sans tabac : comment j’ai arrêté de fumer.

Hello mes Loupiotes !

C’est l’heure des révélations, vous êtes prêts ?! Hehe. Lorsque j’ai lancé ce blog, il y a plus de quatre ans, j’étais fumeuse. (Je vous entends dire « naaaan?! ») Je n’en ai bien évidemment jamais parlé ici, car il était inconcevable pour moi de manger sain, de faire du sport et d’être fumeuse. Je n’assumais pas, tout simplement. Aujourd’hui, nous sommes le 1er novembre, début du #MoisSansTabac. J’avais envie de partager mon expérience avec vous, pour vous aider à arrêter, s’il y a des fumeurs parmi vous. Comme de nombreux fumeurs, j’ai arrêté de nombreuses fois. Mais il y avait toujours une occasion de reprendre « juste une cigarette » : un évènement, une émotion forte, un stress, un coup dur de la vie.

Mon père était un gros fumeur. Hélas son tabagisme excessif l’a conduit à nous quitter lorsque j’avais 24 ans. Cela aurait dû me pousser à arrêter plus tôt, mais je n’y arrivais pas. J’avais vu sur lui les effets dévastateurs et létaux de la cigarette et je me décevais en ne parvenant pas à mettre fin à cette addiction.

J’ai commencé à fumer à 19 ans, soit presque 10 années de tabagisme plus ou moins poussé, avec de courtes périodes d’arrêt. J’ai fumé un paquet par jour à une époque, puis juste une cigarette, et « quelques clopes en soirée » selon les périodes. Pourtant, je savais qu’il n’y a pas de « petit » tabagisme. Il n’y a pas de cigarette moins grave qu’une autre. Fumer, c’est fumer. Point. Peu importe le nombre de cigarettes consommées. Je ne vais volontairement pas développer dans cet article, les méfaits du tabac. Nous le savons. Chaque fumeur sait qu’il empoisonne chacune des cellules de son corps petit à petit.

Je vais simplement vous parler de mon parcours pour me débarrasser de cette drogue.

Comme tout fumeur donc, j’ai fait plusieurs tentatives d’arrêt. À chaque fois, j’essayais de tout arrêter du jour au lendemain. J’ai tenu quelques jours, quelques semaines parfois, mais mes différentes entreprises se sont toujours soldées par un échec.

« La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent. » A. Einstein

Le jour où j’ai lu cette phrase, j’ai compris l’origine de mes échecs. J’essayais d’arrêter en mettant  systématiquement en pratique la même méthode: arrêter du jour au lendemain. Il fallait que ça change.

En juillet 2015, je suis partie en vacances avec ma mère et mon petit frère. Tout deux détestent l’odeur de la cigarette. J’ai négocié avec eux de ne fumer qu’une seule cigarette par jour. À l’époque, j’en fumais 10 à 15 … Je vous laisse imaginer l’appréhension que j’avais à l’idée de partir en vacances. Mais au final, qu’elle ne fut pas ma surprise en constatant que tout se passait bien. Je tenais toute la journée en sachant que, le soir venu, je pourrai fumer une cigarette. À mon retour à Paris, j’ai suivi le même rythme, hors de question de faire marche-arrière. Puis j’ai diminué les cigarettes. Je ne fumais plus une cigarette par jour mais une cigarette en soirée. Parfois, je craquais, mais je ne baissais pas les bras. Certains jours étaient durs. Le manque de nicotine me faisait pleurer, j’étais enragée ! Mais je refusais d’êtres esclave du tabac. Je voulais m’en libérer. J’ai tenu bon. J’ai arrêté de fumer. C’était il y a deux ans.

L’étape suivante, fut l’investissement dans une cigarette électronique. C’était une belle erreur, je ne le savais pas à ce moment là. Je me reposais dessus pour ne pas craquer sur la cigarette mais j’entretenais mon addiction à la nicotine.  Je peux vous le dire tout suite, arrêter de vapoter, c’est très dur aussi ! J’ai donc procédé par étape. J’ai baissé les doses de nicotines très lentement. Je savais que pour réussir, il fallait que j’y aille à mon rythme, comme pour la cigarette.

Tous les deux mois, je baissais le niveau de nicotine… 12… 9… 6… 3…0 …3.. 0..3

Je stagnais entre 3 et 0 mg et n’arrivais pas à arrêter définitivement. Chaque semaine, je me disais, « demain tu arrêtes de vapoter ». Je tenais une demie journée, je craquais. C’était trop dur. Je m’en voulais de céder et de vapoter à nouveau.

Un jour, je parlais avec un ami et je lui dis « Le jour ou j’aurai complètement arrêter de vapoter, je serai tellement fière de moi ! Je serai heureuse, ce sera une victoire incroyable »

En lui parlant, j’ai compris ce qu’il fallait que je change dans ma méthode : la visualisation. À chaque arrêt, je m’imaginais lutter. Je m’imaginais souffrir du manque et je craquais.

Le jour où j’ai arrêté de vapoter, je me suis tout simplement imaginé réussir. Je me visualisais sans cigarette électronique, libre, heureuse, déterminée et gagnante. Je me visualisais arrêtant FACILEMENT la cigarette électronique. Ça a touché changé. J’ai arrêté. Vraiment.

Si vous êtes fumeur, je ne peux que vous conseillez d’arrêter, encore et encore jusqu’à que vous trouviez votre méthode. Au final, ce sont pas des échecs , se sont de belles tentatives d’atteindre une vie plus saine.

Pull Primark – Jupe H&M – Chaussures André

Quelques conseils :

A partir du moment où vous avez arrêté de fumer, peu importe le nombre d’étapes par lesquelles vous serez passé, ne touchez plus jamais une cigarette ! Vraiment. Il ne faut pas tomber dans le piège et se dire « Allez, juste une. » Ce n’est jamais, « juste » une cigarette. Si vous touchez une cigarette, c’est elle qui prend le pouvoir sur vous. Dans ces moments d’hésitations, rappelez vous le long parcours que représente l’arrêt du tabac. Vous n’avez pas envie de devoir le refaire. Vous êtes libre. Ne revenez pas en arrière.

Après les gros repas, la tentation est grande. Personnellement j’avais toujours des chewing-gum sur moi. J’en mâchais un, à la menthe, après avoir mangé, et c’était ok !

Je vous recommande également de faire cette séance d’hypnose en ligne sur YouTube pour arrêter de fumer. Je l’ai faite de nombreuses fois à l’époque. Elle m’a énormément aidé et apaisé.

Si vous avez des émotions fortes ou du stress, que vous soulageriez normalement par une cigarette : faites du sport. Ça marche vraiment ! 15 minutes de HIIT ou un petit run et hop, on n’y pense plus. La production d’endorphines pendant l’effort est un anti-coup de blues radical. Et en plus le sport va vous permettre de surveiller votre ligne pendant l’arrêt 😉

Mettez toutes les chances de votre côté, par exemple en lisant des livres sur l’arrêt du tabac, en utilisant des applications qui soutiendront votre arrêt (nombre de jours sans tabac, économies réalisées, trucs et astuces pour vivre mieux sans cigarette) Achetez et lisez le livre d’Allen Carr « La méthode simple pour en finir avec la cigarette ». Cet ouvrage a aidé des milliers de personnes, moi y compris. Je vous le recommande !

En cas de manque, arrêtez ce que vous êtes en train de faire et quittez la pièce. Allez marcher, appeler une amie, servez-vous un thé. Bref, occupez-vous quelques minutes. L’envie passe très vite au final.

Evitez les substituts nicotiniques. Ils ne font que retarder le problème.

Quelques mots concernant la prise de poids pendant le sevrage… Il est vrai que le manque de nicotine se traduit par une sensation très proche de la faim. On n’a vite fait de se tromper ! Essayez de manger en pleine conscience. Posez-vous systématiquement la question « Est-ce que j’ai vraiment faim ? » Si la réponse est non, préparez-vous un thé ! J’en ai bu des litres pendant mon sevrage ^^

Enfin, prévenez votre entourage que vous arrêtez de fumer. Pendant la période de sevrage, on peut être un peu nerveux et facilement irritable. Vos proches sauront mieux vous soutenir si ils connaissent le contexte dans lequel vous êtes !

J’espère que cet article motivera quelques personnes à arrêter ou aidera ceux qui ont un peu de mal. Vous allez bientôt retrouver votre santé, votre souffle, une haleine fraiche, une odeur de lessive sur vos vêtements, et le teint radieux le dimanche matin. Pas mal non ?

Aujourd’hui, je suis une ex-fumeuse. Et toi ?

21 commentaires sur « Moi(s) sans tabac : comment j’ai arrêté de fumer. »

  1. Ex-fumeuse depuis le 28 février, date d’emmenagement à Nantes. Quitter Paris, mon job et son stress m’ont permis d’arreter. Pourtant ce n’est pas évident avec un mari fumeur.
    Aucune prise de poids, je fais plus de sport et O miracle j’ai retrouvé mon souffle !!
    Je ne suis pas passée par la cigarette électronique car elle me rend malade (nausées + étourdissement).
    Avec le recul, la cigarette était pour moi un anti-stress et une façon de me sociabiliser.
    Bravo pour cette année sans tabac !

    1. Merci pour ton message Julie ! J’ai arrêté il y a deux ans en réalité 😉 Bravo à toi. On pense souvent à tord que la cigarette est un anti-stress alors que c’est elle qui crée le stress dont elle nous délivre 🙂

  2. Ex fumeuse depuis le 1er novembre 2007. Je ne suis mentalement préparée pendant plusieurs semaines. Je m’étais fixée l’arrêt total le 1 er novembre, j’y suis donc allée progressivement, supprimant la 1ere cigarette de la journée, puis la dernière, repoussant une envie en compensant par un thé ou une pomme… De petits challenges… Pour arriver à un stop définitif à la date prévue.
    Du poids oui j’en ai pris, 3 kg, Mais difficile de mener 2 combats en même temps. J’ai attendu 1 an avant de me débarrasser de ces kg.
    Oui quand on arrête on a envie de compenser, on peut le faire avec des fruits et puis des fois on craque sur du chocolat (du noir c’est mieux), et qq fois des cochonneries bien sucrées.
    Félicitations à tous pour votre prise de décision

    1. Merci pour ton message ! Je suis complètement d’accord avec toi. On ne peut pas gérer tous les combats en même temps, tu as très bien fait de gérer chaque problème l’un après l’autre. Bravo !

  3. Bravo Pauline!!! C’est une belle victoire!! Très chouette article que je vais faire lire à ma mère 😉 (elle est la seule fumeuse dans la famille et impossible pour elle d’arrêter malgré de nombreux essais… 🙁 )

  4. Merci pour ton témoignage. Je me retrouve dans certaines de tes phrases!
    Ex-fumeuse également! j’ai 45 ans et j’ai commencé à 17 ans! je fumais une dizaine de clopes tout au plus! j’ai rarement fumé plus, ça me rendais malade. J’ai arrêté à chaque grossesse (4) et repris derrière pour les 2 premières. Après ma 3ème grossesse, j’ai tenu 10 ans sans cigarette!
    oui 10 ans!!! et j’ai rechuté quand j’ai commencé à bosser (j’étais maman au foyer)! c’était il y a 5 ans! j’en étais malade moralement mais je n’arrivais pas à arrêter!
    Et puis je suis tombée malade: malaises, douleurs abdominales, dépression….. bref, j’ai cru mourir parfois, j’ai même voulu mourir parfois et je crois que j’espérais que la clope m’aiderait à y arriver! pfff quelle idiote j’étais!!!
    j’ai fini par consulter une hypnotiseuse. La première consultation a eu son effet 3 jours! et puis ma patronne m’a fait une remarque déplacée (dépression due au boulot) et j’ai replongé dans la clope, avec toujours mes soucis de santé! Au bout d’un an, mon médecin m’a mise en arrêt maladie. Enfin! Psychothérapie, repos,… mais j’étais tj malade. C’est un séjour de 3 j à l’hôpital qui m’a aidé à arrêter!!!! C’était le déclic, c’était maintenant ou jamais! ça n’a pas arrêté mes soucis de santé, mais ensuite j’ai revu mon alimentation, ma façon de vivre et ça va un peu mieux! je suis tj en arrêt, tj dépressive, et j’ai peur de reprendre le boulot et des conséquences qui en découleraient mais pour l’instant je suis à 1 an sans cigarette et ça fait du bien!
    Mon mari qui fumait depuis ses 13 ans a arrêté lui aussi il y a quelques années du jour au lendemain!
    Par contre, ma fille ainée qui me répétait sans cesse « maman tu pues », fume! 🙁 pfffff

    1. Coucou ! Merci beaucoup d’avoir pris le temps de m’écrire ce message et de partager ton experience. Ce n’est pas évident mais tu as l’air d’avoir une sacrée volonté ! Bravo ! Dans les periodes ou je n’allais pas très bien, le sport est devenu mon alli. J »espère qu’il en sera de même pour toi !

      1. Merci! c’est déjà le cas pour le sport. Je mets d’ailleurs un point d’honneur à le faire le matin tant que je le peux. Je me sens relaxée le reste de la journée.

  5. Il y a 3 ans j’ai mené le même combat. J’ai décidé d’arrêter de fumer tout en changeant mon style de vie. J’ai troqué l’alcool et la mal bouf contre du sport et de la nourriture saine, ce qui m’aura d’ailleurs value la perte de 12kg !!! (Eh oui… comme quoi !!) Je tenais à te remercier d’avoir eu le courage de publier cet article. Parfois, quand on regarde toutes ses personnes sur les réseaux sociaux avec cette image du “perfect healthy” on peut avoir honte de s’être trompé en chemin. Mais personne n’est parfait pas vrai ?! Donc encore merci pour cette révélation qui me fait me sentir moins seule ! haha

    1. Coucou Virginie ! 12 KILOS !! Wahou bravo ! Quel changement de vie, c’est génial ! Je te remercie beaucoup pour ton message. ça m’aide à partager plus 😉 merci merci !

  6. Bravo pour ton arrêt du tabac mais aussi pour cette révélation ! Quand on est adepte de la vie saine, qu’on mange sainement, qu’on fait du sport, mais qu’on fume… on ne se sent pas trop crédible, effectivement !

    J’ai moi aussi fumé pendant quelques années et jonglé entre arrêts et reprises un moment. Avant l’été, j’ai repris bêtement après plus d’un an et demi d’arrêt, à mon plus grand désespoir. J’ai réussi à re-arrêter il y a 1 mois. Il m’arrive encore d’avoir envie de fumer, mais cet énième arrêt a été tellement difficile que rien que d’y penser, ça m’aide à ne pas replonger.

    En tout cas, c’est bien de dire les choses et de montrer que personne n’est parfait 🙂

    1. Coucou Laura ! Merci pour ton message ! bravo pour tes arrêts. Cette fois-ci c’est la bonne 😀 Je suis comme toi, je repense à la difficulté pour arrêter de fumer et je me dis « plus jamais » !!

  7. Merci pour cet article sans filtre ! (Haha c’est le cas de le dire), moi aussi ex fumeuse enfin je crois. Officiellement depuis le 1er janvier, officieusement depuis septembre dernier clope touchée ! Moi aussi j’ai vécu les clopes « juste en soirée », des périodes à fumer plus et puis ensuite arrêter pendant des semaines, aujourd’hui j’en ai même plus envie ! L’été je trouve que c’est plus dur que l’hiver ! Affaire à suivre !

    1. Cet article SANS FILTRE ! Haha tu m’as fait bien rire ^^Merci pour ton message Marine ! Ho c’est marrant moi je trouve que c’est plus dur l’hiver (je pense au moment « post raclette » hahaha)

  8. Merci pour cet article qui montre combien les combats du quotidien peuvent parfois être difficiles ! Pour ma part j’ai commencé à fumer à la fac, uniquement en soirée, la « clope sociale » (qui parfois pouvait quand même peser très lourd même « juste en soirée »). Sur la fin je sentais que la clope ne me procurait plus aucun plaisir et que je fumais davantage par mimétisme ou par « réflexe ». Sans trop y réfléchir j’ai commencer à fumer moins et à acheter des clopes plus fines (dont je ne citerais pas la marque mais on voit très bien desquelles je veux parler) car une clope entière m’écœurait. L’année avant que je n’arrête complètement ma consommation ne se limitait qu’à une clope par vraiment très grosse soirée. Pour autant je n’arrivait pas à complètement lâcher cette dernière cigarette dont je n’avais même plus envie. C’est un problème dentaire de gingivite qui m’a fait le déclic pour arrêté totalement la clope. Maintenant comme tu dis je me sens « libre » et j’ai l’impression de n’avoir jamais fumé de ma vie et le cigarette me dégoute même complètement. Ce qui m’a également motivée en partie et que peut aussi motiver certaines c’est l’envie d’avoir des enfants (que ce soit maintenant ou dans quelques années ou même plus loin) et d’adopter pour cela une attitude responsable envers soi-même et le futur bébé 🙂

    1. Coucou Julie ! Merci beaucoup pour ton message et surtout bravo pour ton arrêt ! L’arrivée d’un futur bébé c’est une merveilleuse motivation 😉

Laisser un commentaire