Courir est-il (vraiment) bon pour la santé ?

Il y a quelques temps, je me suis rendue à un évènement donc le format était assez classique : un cours de sport (HIIT) suivi d’une présentation produit.

Avant de commencer son cours, le coach demande si certaines personnes ont des blessures à signaler. Et là, la salle se divise en deux parties : les yogis vont bien et les runneuses lèvent toutes la main (moi y compris, pour mes problèmes de genou). En fin de cours, nous nous étirons. Je me rends compte que les adeptes de yoga ont une souplesse extraordinaire et que les pratiquantes de course à pied peinent à s’étirer.

J’étais un peu ahurie en sortant de cette séance de sport ! Je me suis beaucoup interrogée sur les bienfaits de la course à pied. C’est mon sport préféré ! Je l’aime d’amour, je ne peux pas m’en passer. On court pour être en forme, pour faire marcher notre coeur, pour améliorer notre santé.

Les bienfaits du running sont connus : la course favorise la perte de poids, destresse, renforce le coeur, renforce le système immunitaire, protège des maladies cardio vasculaires. La liste est encore longue.

Mais quand on voit le nombre de blessés, on peut se demander : courir est-il vraiment si bénéfique ? À partir de quel moment la course devient-elle nocive ?

La réponse est dans l’écoute de soi non ? Il faut savoir être progressif dans sa pratique, avancer étape par étape, savoir s’arrêter quand on a une gêne ou de la fatigue. Finalement, je me demande si ce n’est pas la mentalité « No pain, No gain » qui conduit autant de coureurs à la blessure. La clé pour pratiquer en toute sécurité est peut-être dans l’équilibre. Comme pour tout, les abus sont mauvais. Pour que la course à pied reste une pratique saine, il faut accepter de progresser par étape, accorder beaucoup d’attention à la récupération et varier avec d’autres pratiques sportives.

Ces derniers temps, suite à cette réflexion, j’ai mis en place quelques changements :

Je pratique de plus en plus le yoga en cours collectif ou à la maison.  Je sélectionne principalement des séances de yoga pour runners, qui privilégient les étirements. J’en fais en moyenne trois fois par semaine. Les séances sont courtes, de 15 à 30 minutes comme celle-ci ou celle-là.

Je m’hydrate énormément. Vraiment beaucoup. Cela évite la déshydratation, source de fatigue et de blessures musculaires. D’ailleurs, c’est assez curieux, mais je me rends compte que lorsque je bois beaucoup d’eau, j’ai moins mal au genou. Je pense que c’est parce que l’eau participe à l’adaptation cardiovasculaire, en conditionnant le volume sanguin. (Des experts par ici pour confirmer cela ?)

Je cours lentement, en endurance fondamentale. On a tendance à vouloir aller vite, à battre son RP, à vouloir épater la galerie ou tout simplement à accélérer l’allure pour ne pas s’ennuyer. Mais les bienfaits du footing lent, à 150 BPM / minute en moyenne sont intéressants :  le sang circule plus vite qu’au repos, sans pour autant créer de nouveaux dommages et les déchets générés par l’entraînement sont évacués.

Sur les conseils de mon kiné, je pratique la technique des jambes en l’air, et c’est tout simplement miraculeux !! Tous les soirs, je m’allonge dans mon lit, les fessiers contre le mur et les  jambes à 90 degrés. Je reste dans cette position pendant une dizaine de minutes. Le sang « se vide » des jambes. Lorsqu’on revient en position normale, le sang est renouvelé et la récupération accélérée. Les douleurs disparaissent ! Magique !

Que pensez-vous de cette réflexion ? Avez-vous d’autres astuces pour  que la course à pied reste une pratique saine ?

11 commentaires sur « Courir est-il (vraiment) bon pour la santé ? »

  1. Les jambes en l’air je pensais être la seule à faie ce truc ! Super on est au moins 2!
    Très sympa ton article !

    1. Merci beaucoup pour ton message ! On est deux à le faire, même trois, j’ai une amie à qui j’ai fillé le tuyau aussi haha

  2. Je partage ton avis sur plusieurs points. La course à pied ça a ses avantages mais ça présente aussi beaucoup d’inconvénients : tendinites, fractures de fatigue, sensibilité accrue aux infections… donc comme pour beaucoup de chose c’est la dose qui fait le poison. C’est aussi l’un des rares sport où on se lance sans apprendre ! En effet au yoga, si on n’a pas un prof ou une application pour nous montrer les mouvements, on ne peut pas savoir quoi faire. En course à pied, moi la première, je me suis lancée sans penser qu’il pouvait y avoir des façons plus ou moins adaptées de courir…ce qui, associé à l’envie d’aller trop vite et trop fort peut expliquer les nombreuses blessures.

    En ce qui concerne l’hydratation, oui c’est indispensable !!! L’eau a de multiples rôles dont celui de participer à l’élimination des déchets et de participer au fonctionnement optimal de nos cellules … un tendon c’est 60% d’eau alors on comprend vite pourquoi en cas de déshydratation, il peut devenir douloureux 😉 Attention de consommer avec modération les boissons diurétiques (thé, café, alcool, infusions drainantes/élimination/minceur) car ça augmente le volume des urines et peut causer une déshydratation alors qu’on a bu.

    Je vais tester le truc des jambes en l’air, ça peut être très sympa après une grosse sortie !
    Bonne journée !

    1. Coucou Elodie, merci beaucoup pour ton message ! Oui c’est très bien dit « C’est aussi l’un des rares sport où on se lance sans apprendre !  » Tellement vrai ! Mon kiné m’a appris à courir il y a un an et ça a changé beaucoup de choses 🙂

  3. Je prend note des conseils de ton kiné pour les jambes en l’air je vais tester ça j’espère que ça aidera aussi pour mes problème de circulation au niveaux des jambes.
    Bonne journée =)

  4. Pour moi c’est clairement cette mentalité du « toujours plus » qui pousse à la blessure. Je cours depuis plus d’une dizaine d’années, et certes j’ai le bassin vrillé et ça m’a causé une tendinite au moyen fessier (qui était peut-être même plus du a mon nouveau travail en bureau, trop assise), et une periostite de « compensation », mais je n’ai jamais eu de blessure à cause de ma seule pratique … parce que je m’ecoute, je cours pour le plaisir, et surtout j’ecoute les vieux. Dernièrement, à mon club, un papy d’environ 70 ans me disait qu’en trail il faisait les descentes en marchant pour se préserver.

    D’ailleurs, c’est un sport où on voit beaucoup de personnes âgées !

    Enfin l’hydratation est indispensable ! Kiné, ostéopathe, médecin, ils sont tous d’accord là-dessus !

    Enfin, courir lentement c’est tellement important. Depuis peu en club, je vois que plus de la moitié de l’entraînement c’est du footing 😉

    1. Coucou Camille ! C’est vrai que tu cours en club maintenant ! La classe ! Toi tu mélanges yoga et run depuis un moment déjà, c’est peut -être pour ça que tu cours si bien ! hehe

  5. Ton article est très intéressant, la course à pied est traumatisante pour le corps.
    Les blessures arrivent parce qu’on n’est pas suffisamment progressif dans notre pratique (Je m’inclue bien sûr) et qu’on ne mesure pas les effets négatifs de se dire aller 1 ou 2 km de plus c est rien, allez je suis crevée mais je sors quand même un peu et la tu fais 10km parce que au final tu as de bonnes sensations etc etc etc…
    Et comme le dit qqn plus haut c’est le seul sport où on se lance souvent seul sans aucun conseil et où les comparaisons de résultat semblent simple il suffit de comparer l allure/Le temps/la distance alors qu en fait on se sait jamais qu elle est l expérience du coureur d en face et même avec la même expérience les résultats seront différents!!!

    1. Coucou Jenn ! Oui exactement courir ça s’apprend au final, bien dérouler le pied, avoir un rythme qui nous correspond, courir au bos nombre de bpm par minute. Si seulement on nous l’apprenait en EPS ^^

Laisser un commentaire