Asthme et course à pied : mon expérience

J’ai découvert que j’étais asthmatique il y a 4 ans, lorsque je me suis mise à la course à pied. Ce jour-là, je pars pour une petite sortie de 5 kilomètres et j’essaie d’accélérer le rythme. En fin de course, ma respiration devient très difficile, j’ai l’impression que mes poumons « sifflent ». J’arrête de courir et je rentre en marchant.

J’ai des quintes de toux pendant les heures qui suivent l’entraînement. Cela se reproduit plusieurs fois durant les courses à pied que je fais dans les jours qui suivent. Dès que j’accélère un peu, j’ai du mal à respirer. Je décide de voir mon médecin généraliste. Il m’explique que je fais de l’asthme à l’effort ! Comme je n’ai jamais véritablement fait de sport pendant 26 ans, je l’apprends sur le tard. Mon médecin me rassure : asthme et sport ne sont pas incompatibles, il y a juste quelques précautions à prendre.

Tout d’abord, il me prescrit un bronchodilatateur, à prendre 15 minutes avant l’effort. Cela améliore bien ma respiration et je cours beaucoup plus librement ! J’ai aussi appris à suivre ces conseils :

  • je m’échauffe systématiquement avant le début d’une activité sportive ;
  • le début et la fin de mes runs ou entraînements sont toujours progressifs ;
  • dès que je commence à me sentir essoufflée, je réduis l’intensité ou je marche ;
  • en course à pied, je porte un foulard devant la bouche en cas de grand froid;
  • enfin, bien évidemment, si l’air est trop pollué, je m’abstiens de courir ! Je tiens à mes poumons !

En les appliquant, j’ai rapidement pu courir sans être gênée par l’asthme.

Cependant, même en étant sérieuse et en prenant toutes ces précautions, il m’est arrivé qu’une crise se déclenche, pendant une activité sportive. Sur le marathon de Paris, en 2016, il faisait très chaud. J’ai commencé à faire une crise d’asthme dès le douzième kilomètre… Je me suis arrêtée et  j’ai pris quelques bouffées de mon traitement de crise. J’ai marché le temps de reprendre mon souffle et j’ai pu finir ma course.

Depuis, sur les sorties longues, je pars toujours avec mon inhalateur en poche. Cela permet de soulager les symptômes dès le début de la crise et prévenir son aggravation. Et si celle-ci survient malgré tout, j’applique ces quelques gestes :

  • j’essaie de garder mon calme. Ce n’est pas évident, mais il faut rester zen car l’angoisse aggrave la crise ;
  • je m’assois et je respire lentement et aussi profondément que possible ;
  • je prends mon traitement de crise ;
  • je marche lentement.

En général, ça passe rapidement et je peux me remettre à courir (doucement bien sûr !).

Cela fait maintenant 4 ans que j’ai de l’asthme. Avec la pratique de la course à pied et l’entraînement régulier, les crises se sont espacées. Mon souffle est meilleur. Le fractionné (répétition de phases d’effort intense entrecoupées de temps de récupération) a également participé à améliorer mon cardio et mon souffle. Un entraînement régulier permet d’améliorer la capacité pulmonaire et la dilatation des bronches et de faire reculer peu à peu le seuil d’apparition de l’asthme lié à l’effort. Aujourd’hui, il est rare que je tousse ou que j’aie du mal à respirer pendant une course. Même avec de l’asthme, on peut pratiquer une activité sportive « comme tout le monde ». Il suffit de prendre correctement son traitement et de rester suffisamment à l’écoute de son corps 😉

J’espère que ce partage d’expérience et ces quelques conseils pourront aider certain(e)s d’entre vous 😉

Article écrit en collaboration avec Ohmymag.com et l’Assurance Maladie

9 commentaires sur « Asthme et course à pied : mon expérience »

  1. J’ai aussi de l’asthme (depuis ma naissance) et je cours depuis maintenant plusieurs années. Le plus important est de savoir écouter son corps et d’apprendre à respirer correctement. Mais je pense qu’avec le temps, on peut pratiquer du sport presque normalement. 🙂 -Julie

  2. Merci beaucoup pour cet article. J’adore car il est quasi complet.

    Moi aussi je me suis aperçue que je faisais de l’asthme en pratiquant de la marche rapide puis de la course à pied il y a quelques années. J’avais 44 ans, je pesais 102 kg

    Je vis dans le département du Nord et votre description sur vos précautions sont tout à fait exactes. Je suis également vigilante en cas de côtes, montées de terrils (j’aime les courses natures en forêt) et de brouillard par exemple.
    L’humidité ne me fait pas trop peur et la pluie encore moins. Je cours par tous les temps.

    On ne s’arrête pas de pratiquer son sport favoris parce que l’on est asthmatique.

    La pratique du sport permet d’apprendre à gérer son souffle.

    Du fait, je suis plus endurante que rapide.

    j’ai à présent 50 ans, je pèse 35 kg de moins qu’il y a 5 ans et je me fais plaisir en continuant à courir et même en participant à des courses à pieds officielles au fil des ans à raison d’une course par mois sauf juillet et août car je ne supporte pas la chaleur.

    Malgré l’asthme, je ne me prive pas de me faire plaisir sportivement et j’espère que cela continuera encore quelques années.

  3. C’est toujours rassurant d’avoir des retours d’expérience ! Merci. Est-ce qu’aujourd’hui ou un jour tu penses pouvoir te passer de médicaments ? Autrement dis, peut-on agir sur les causes de l’asthme (pourquoi le corps réagit-il comme ça) ?

    1. Coucou Elodie, je ne suis pas médecin donc je ne peux pas expliquer pourquoi le corps réagit comme ça. En revanche je peux clairement affirmer que la course à pied à améliorer ma santé, réduit mon asthme. Aujourd’hui je me passe de médicament 90% du temps 😉

  4. Coucou. Moi aussi je suis asthmatique depuis que j’ai 6 ans. J’ai pris beaucoup de traitements différents tout au long de ma vie. Je pratique le sport tous les jours : HIIT, salle, course à pieds…

    Depuis quelques temps, j’ai découvert les huiles essentielles döTERRA ! Ca a changé tout mon quotidien et celui de ma famille. Notamment pour l’asthme (magique !), mais pas seulement !

    Si ça peut intéresser quelqu’un, vous pouvez me contacter en MP :
    nath.milhem@gmail.com

    Bonne journée 🙂

  5. Bonjour,

    Merci pour cet article qui encouragera pas mal de personne je pense. Je suis aussi asthmatique depuis ma naissance. Et d’après les médecins je ne devraient rien faire. Je peux déclencher une crise rien qu’en ayant un fou rire.

    Mais comme vous le dite, en prenant des précautions, en s’écoutant, et en ayant toujours un inhalateur pas très loin on peut pratiquer pratiquement n’importe qu’elle sport. J’ai même pu passer mon niveau 1 de plongé.

    Bon courage à tous dans la pratique de vos sports et merci pour cet article, on se sent moins seule.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.