Questionner nos rêves et leur demander des réponses !

Écrit parvivrehealthy

19 novembre 2022

Coucou les ami(e)s !

Aujourd’hui est un jour un peu spécial puisque j’accueille pour la première fois sur le blog un article invité ! C’est Léa, spécialiste des rêves sur son site et aussi en consultations, qui a rédigé cet article passionnant ! Habituellement, je rédige moi-même 100% des articles de ce blog, mais la thématique de Léa m’a beaucoup parlé et j’avais envie de partager ça avec vous ! J’espère que ça vous plaira. Bonne lecture !

Les rêves : les interroger pour avoir leurs conseils

Avez-vous déjà fait le lien entre ces rêves curieux qui jalonnent vos nuits, et le fameux dicton : la nuit porte conseil ?

De quelle manière la nuit vous conseille-t-elle ? Quelle est la participation du rêve dans le travail du sommeil ? Autant de questions auxquelles je proposerai des réponses dans cet article.

Je commencerai par revenir sur le processus du rêve. Pourquoi revêt-il une apparence si curieuse et quel est son rôle. Puis je vous expliquerai comment interroger ses rêves afin de profiter de leurs conseils sur-mesure.

Un rêve est une autre forme de pensée

Vous rêvez souvent ? Ça vous amuse et ça vous distrait. Aucun doute, vous avez de l’imagination à revendre et un lien fort avec votre intériorité. Pour autant, quand vous recherchez la signification d’un rêve, vous n’êtes pas convaincu de ce que vous lisez. Encore heureux ! Cela signifie que vous gardez votre esprit critique !

Vous rêvez peu ? Lorsque ça arrive, ça vous interroge. Vos rêves sont sans queue-ni-tête, ça n’a aucun sens. Vous vous dites que le cerveau endormi doit délirer un peu… Vraiment ?

La genèse du rêve

A l’origine d’un rêve, il y a toujours la vie. Votre vie. Vous êtes sur terre. Vous menez une existence unique et semblable à aucune autre : la vôtre. Ainsi vos rêves vous appartiennent, ils vous racontent, et il est inutile de leur chercher des significations dans les nombreux dictionnaires des rêves…

La compréhension du rêve induit et accompagne une compréhension plus profonde de ce que vous vivez. L’interprétation des rêves n’a donc pas pour objet d’associer les éléments qui surgissent en rêve à des significations données. Au contraire, c’est l’art d’extraire d’un récit onirique tout ce qu’il dit sur l’individu. C’est l’accompagner dans la découverte de cette connaissance lucide qu’il porte en lui.

Le rêve : un pont entre le Moi et l’inconscient

Un rêve, qu’est-ce que c’est ? C’est un processus inconscient qui se déroule quand votre Moi est endormi. On estime à l’heure actuelle qu’il y a deux formes de conscience : 

_ La conscience rationnelle, celle que nous utilisons le plus dans notre vie active ( = la conscience du Moi ). 

_ Et la conscience intuitive, que nous utilisons bien souvent sans nous en rendre compte ( = l’inspiration ). 

Pourtant, la plupart de nos choix conscients, même les plus rationnels, sont in fine actés par cette petite boussole intérieure qui nous guide : fais ce choix / ne fais pas celui-là. Dans les faits, lorsqu’on raconte une décision que l’on a prise à un(e) ami(e) on dit souvent « Je sentais que c’était ce que je devais faire ». Le devoir « je devais » et la recherche de sens intime « je sentais » cohabitent pour une évolution harmonieuse.

90 minutes de coaching onirique

Les rêves les plus fous et les plus intéressants à analyser sont les rêves oniriques. Ceux qui arrivent lors de la phase du sommeil appelée « sommeil paradoxal ».

NB : Nous ne parlerons pas ici des rêves qui surviennent à d’autres phases du sommeil. Au moment de l’endormissement ( rêves hypnagogiques) et du sommeil lent.

Tout le monde rêve

La nuit porte conseil parce que le rêve travaille en arrière plan. Le sommeil est composé de plusieurs cycles (lent-léger, lent-profond, paradoxal) qui reviennent plusieurs fois. Entre les cycles, on se lève, on va boire un coup, les bébés appellent leurs parents chéris… ce genre de choses. Au total, nous rêvons 90 minutes par nuit. Donc oui, tout le monde rêve. Mais heureusement, personne ne se souvient de 90 minutes de rêves le matin. Sinon on se raconterait les uns les autres nos aventures de la nuit jusqu’en milieu de matinée ! Ce qui animerait drôlement le métro du matin ceci dit.

Le sommeil paradoxal est considéré comme le moment où le « programme individu » fait ses mises à jour. Il faut considérer qu’un individu est un être unique, qui a une sensibilité, des prédispositions, des affinités, des facilités et des limites qui lui sont propres. Pendant le sommeil paradoxal, l’inconscient serait sollicité pour faire un genre d’audit et sélectionner les actions à réaliser afin de maintenir l’intégrité de l’individu et son homéostasie. 

Le rêve permet donc une rencontre entre le « je dois » et le « je sens » qui permettent l’avancée. Nos hésitations d’hier aboutissent à nos choix aujourd’hui. Qui dort bien a plus d’élan.

Pourquoi est-ce que l’on se souvient de certains rêves ?

Les rêves qui nous marquent sont ceux qui sont passés à travers les mailles en quelque sorte. L’individu est un être humain. Il est donc par définition, plein d’incertitudes et il lui reste énormément à apprendre. Son inconscient n’est pas omniscient non plus ! Il se heurte à des problématiques pénibles et n’y arrive pas toujours.

Lorsque intuition (je sens) et action (je dois) n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente, le rêve gagne en intensité et provoque le réveil. On s’en souvient donc parce qu’on est réveillé pendant le sommeil paradoxal. Le rêve nous interroge. Et on est alors libre de prolonger en conscience le travail entamé par le rêve.

Je vais maintenant vous donner mes petits tips d’analyste pour vous aider à profiter de tout le potentiel de vos rêves.

Faire du rêve son meilleur allié

Entretenir une relation à son monde intérieur est un exercice au début qui devient naturel au bout d’un moment. A force de leur accorder de l’importance, on dirait qu’on développe de la facilité à choisir de se souvenir de nos rêves. C’est en tout cas comme ça que je le vis. Et je l’observe aussi chez mes clients réguliers. Ils deviennent presque capables de sélectionner pendant qu’ils sont en train de le vivre le rêve qu’ils vont me raconter !

Voici mes conseils pour avancer dans cette aventure passionnante : 

1) Etape 1 : s’en souvenir

Pour comprendre un rêve, il faut d’abord s’en souvenir. Cela va de soi pensez-vous, mais en réalité beaucoup de gens me contactent avec des questions du type : « J’ai rêvé d’un arbre, qu’est-ce que cela signifie ? » Non. Qu’on soit bien d’accord : ça ne signifie rien du tout ! Si vous ne vous souvenez que d’un seul élément du rêve, vous n’irez pas bien loin.

Pour comprendre un rêve, il faut au réveil avoir réussi à saisir comme un instantané de cette histoire vécue par vous à un autre niveau de conscience. Le rêve a la particularité d’être réellement vécu. On est ému, on a peur, on pleure, on court, on rit… Un rêve à analyser doit être riche de tout ça : des détails, une atmosphère, une situation initiale et au moins une péripétie, et surtout des émotions.

Avec l’expérience, il semblerait qu’on acquiert la capacité à immédiatement « capturer » le rêve au réveil et à l’inscrire dans un coin dédié de notre mémoire.

Avant d’en arriver là, la meilleure chose à faire c’est d’avoir un carnet de rêves. Ce carnet doit être toujours :

_ Sur votre table de chevet, si vous avez le luxe de pouvoir prendre du temps pour vous réveiller tel un chat.

_ A côté de la machine à café pour ceux qui ont le réveil qui sonne à 6h.

_ Dans le frigo si vous préférez le jus d’orange (c’est une blague, il y a toujours un moment quand j’écris où je n’arrive plus à rester sérieuse).

Ce carnet de rêves est absolument indispensable. Notez tout ce dont vous vous rappelez et tout ce qui vous vient niveau émotions et détails saugrenus. Le diable se cache dans les détails dit le dicton, et en rêve plus que jamais.

2) Etape 2 : les analyser

Analyser un rêve ne s’improvise pas. C’est comme si je vous disais que tout le monde peut être pianiste ou jongleur. Ce n’est pas le cas. Il y a des tempéraments pour qui le foot conviendra plus. Et il y ceux qui cueillent les fleurs sur le terrain de foot. 

Pour être capable d’analyser ses rêves, il faut avoir une intuition aiguisée. Une sensibilité plutôt littéraire ou artistique, une capacité d’abstraction assez poussée. Et en même temps un sens de l’analyse assez scientifique. Ce qui n’est pas contradictoire. L’interprète doit être à l’aise pour naviguer dans les différentes productions de l’esprit. Il doit être engagé lui-même dans un travail d’analyse personnelle sur le long terme.

D’ores et déjà, vous pouvez essayer juste d’avancer dans la compréhension en vous posant deux questions simple : 

_ Comment est-ce que ça résonne en moi, avec ma vie ? 

_ Qu’est-ce qui vient ? (souvenirs, impressions, hypothèses…)

De cette manière, vous allez progressivement assouplir la frontière entre le contenu manifeste du rêve et son contenu latent.

Quand le rêve est particulièrement troublant voire perturbant il est difficile de l’analyser seul car on est trop émotionnellement impliqué pour être objectif. Lorsqu’un rêve revient souvent, c’est qu’on n’a pas compris son message, et qu’il nous redonne à chaque fois une nouvelle chance de le saisir. Si vous vous trouvez dans l’une de ces situations, contactez-moi et nous verrons comment je peux vous aider.

Etape 3 : leur demander un service

Une fois qu’on a trouvé notre façon de « capturer » les rêves avec toute leur richesse et qu’on a avancé dans leur analyse, on peut se mettre à leur parler. Oui vous avez bien lu. Les rêves, on l’a vu plus haut, sont là pour nous « remettre sur le droit chemin » en quelque sorte. Celui de notre unicité. Pour nous accompagner à chaque étape de notre évolution personnelle. Aussi s’intéresser à ses rêves est important pour qui est engagé dans un processus de développement personnel.

Dans la mesure où ils sont nos guides les plus fidèles, on peut tout à fait les interroger et leur envoyer nos questions.

Comment questionner ses rêves ?

Avant de s’endormir, mettez-vous dans un état de détente proche de la méditation. Formulez bien votre demande mentalement. Ça peut être une demande assez pragmatique du style « Dis moi si je dois accepter ce partenariat » ou plus spirituelle « Envoie-moi un signe car je me sens un peu perdu(e). » . L’inconscient ne fais aucune discrimination entre vos préoccupations qui toutes se valent dès lors qu’elle vous procurent de l’inconfort.

Comment reconnaître leurs réponses ?

Ce n’est pas un dieu qui vous répondra, ni aucun guide d’aucune sorte. C’est votre inconscient qui vous guidera sur le chemin de la réponse. Soit en arrière-plan, dans le travail discret du sommeil paradoxal. Un jour vous saurez en vous réveillant quelle est la meilleure des solutions pour vous, et vous foncerez. Ou bien en vous envoyant un rêve métaphorique en réponse à votre demande qui, après analyse, se révélera correspondre merveilleusement à votre (re)quête.

N’hésitez pas à me contacter si vous vous posez des questions supplémentaires 😉

Faites de beaux rêves et notez-les !

Léa Le Gall – 060195221 – lea@interpretationreves.fr

http://www.interpretationreves.fr

Vous pourriez aussi aimer…

Le pouvoir de la solitude

Le pouvoir de la solitude

Je suis une solitaire. J’aime être seule chez moi, me préparer un bon repas, lire, regarder des séries, ne rien faire,...

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.